Portfolio – BRUNIER Enzo

Ephemere - Nikon Film Festival 2024

Réalisée par la Fédération MMI

Réalisée pour un projet personnel avec des camarades de classes. Cette vidéo est un court-métrage qui raconte l’histoire d’une petite bande d’amis qui ce retrouve…une dernière fois.

Processus créatif

Les visuels de cette vidéo ont été faits sur Illustrator. Le montage a été fait sur Premiere Pro. L’étalonnage et le mix ont été faits sur Davinci Resolve

Un jour, Elisa DEANA est venu nous voir avec une idée : participer au Nikon Film Festival qui a pour thème le Feu.

On était tous partant, mais on avait deux trois problème pour la réalisation : on avait zéro euro de budget, le concours avait déjà commencé et nous ne sommes que des débutants. Mais nous avions l’envie de bien faire alors, on s’est quand même lancé.

Au début, on avait des idées un peu farfelues, mais on a réussi à trouver une idée commune.

Idées d'histoire

  1. pyromane 

 

  1. évènement violent qui incite la fille à brûler la maison / Une petite fille rentre de l’école, elle se déchausse et  va vers la cuisine où elle entend ses parents se disputer, elle entrouvre la porte pour les écouter. Ils disent des choses horribles sur elle. Dans la scène d’après, la fille va dans le salon, elle s’assit sur le canapé, puis s’avance vers la bougie sur la table basse : elle admire la flamme. Dans la scène d’après on aperçoit la fille dehors en pyjama, le doudou à la main, le reflet des flammes sur son visage ainsi qu’un sourire satisfait. 

 

  1. Deux personnes qui allument un feu de camp dans le jardin, discussion, partage des histoires autour du feu, des souvenirs, période de leur vie. À la fin, le feu s’éteint avec un levé de soleil. -> une histoire qui se finit, une nouvelle aventure qui commence. (les histoires peuvent être illustrées en motion ou animation)

 

  1. cambriolage -> joue contre le temps (une mèche d’une bombe qui brûle)

 

  1. discussion chronométrée par une bougie, bourreau et victime qui discutent, dès que la flamme descend, un picot tombe, le mec à 1,20 m pour expliquer pourquoi il ne faut pas le tuer

 

  1. rébellion, révolution

 

  1. feu de camp, passion homo-érotique toxique, ma nuit qui s’est déroulée, du premier verre au débordement

 

  1. contemplation d’un vieil homme dans son âtre, potentiellement d’un acte commis dont il n’est pas fier

 

  1. le monde s’effondre par la cause humaine, dans une forêt enneigée, petit chalet chaleureux, petite mamie remplie de sagesse qui se préserve de l’horreur, son chalet reste un refuge intact, métaphore avec son poêle à bois qui préserve la chaleur de la maison, secret avec ses bûches de bois, dernier plan où la grand-mère explique comment entretenir le feu, et “ah, s’ils avaient…” lâche une phrase bombe lourde de sens (idée : refléter le monde actuel et faire réagir)

 

  1. qqun trauma par un incendie

 

  1. cierge dans une église

 

  1. voir toutes les étapes d’un couple tout au long de la vidéo et en parallèle voir une bougie qui reflète l’état du couple (au début, la flamme grandit, à la fin, elle s’éteint…) le tout sur une musique comme un clip.

 

  1. Personne dos à dos ligotés avec une bombe au milieu qui se consume petit à petit

 

  1. idée film : Le jeu (Truc qui se disent des trucs qui devraient pas être entendu et le lendemain plus personne s’en souvient)

 

  1. Amélie : potes au coin du feu, forêt et lac, pendant la nuit ils entendent des bruits, à la fin il se passe un truc horrible /cut/ le lendemain ils se réveillent sans savoir ce qu’il s’est passé

Nous avons donc écrit un scénario dans ce sens tous ensemble avec des dialogues. Nous avons aussi rédigé un storyboard et nous avons regroupé le tout dans un découpage technique.

Document supplémentaire : Organisation du plateau et placements

Document supplémentaire : Autorisation de droit à l’image

Après avoir étudié le scénario, nous avons donc cherché un lieu de tournage. Nous avons cherché un moment un lieu pour tourner notre court-métrage, car comme décrit dans le découpage technique, nous avions besoin d’un bord de lac où nous pouvions faire un feu et tourner le tout de nuit.

Le petit problème, c’est que faire un feu, c’est super compliqué niveau incendie donc on a essuyé quelques refus, mais on a fini par trouver un endroit où le filmer.

Un autre petit problème s’amenait : on est en plein hiver et tourner de nuit, toute la nuit, c’est super compliqué. Il fallait donc trouver les moyens de le faire sans risquer que quelqu’un tombe malade. 

Niveau tournage, on était bon, mais niveau devant la caméra, personne ne se sentait capable de jouer ce scénario.

Nous avons donc fait des castings en amont du tournage pour trouver des acteurs.

Le tournage

Lors du tournage, nous avons bien découvert ce qu’étais le froid ! Mais tout s’est super bien passé, nous avons fini le tournage à temps avec une grande fatigue, mais tout était dans la boite !

La post-production

Concernant la post-production, le montage a été fait sur Premiere Pro pour une plus grande facilité au niveau de la gestion des plans.

Les plans étant en 4K et en LOG, ils étaient très lourds et compliqués à manier sans utiliser des doublures.

Suite à couac de tournage, j’ai dû trier tous les plans un par un pour que tout corresponde à leur numérotation et ainsi pouvoir suivre le découpage technique.

L’étalonnage sur Davinci Resolve n’a pas été fait par moi, mais par Jean-Marc WEISS et Etane ELHARAR.

J’ai donc dû leur envoyer un fichier en Apple Pro Res 4444 qui pèse 50Go à lui tout seul.

J’ai décidé de continuer sur Davinci Resolve, car je trouve le système de mix sonore plus simple et intuitif que sur Première Pro

Enfin, pour le mixage du son de la vidéo ainsi que du rajout de bruitage, j’ai utilisé l’outil Fairlight de Davinci Resolve.

La grande difficulté ici était de mixer le son en 5.1 car il pouvait être utile. Le son est donc mixé en 5.1 sur tout le court-métrage, peu importe la version visionnée.

Pour concourir dans la catégorie internationale, nous avons demandé à Lou COUZINET de traduire les paroles en anglais et les intégrer via un système de sous-titre.

Composition musicale

Nous voulions ajouter une dernière touche originale à notre court-métrage !

Nous avons donc fait appel à Thomas pour composer une musique originale. Avec Baptiste FABRE, je me suis occupé de guider Thomas pour que la musique corresponde à l’ambiance du court-métrage. La musique et l’image ne font qu’un en se liant à la perfection, surtout à la fin avec laquelle la musique vient appuyer l’effet de conclusion surprise.

Nous avons terminé 557ème sur 2772 participations

Vous pouvez retrouver le court-métrage sur la page officielle du Nikon Film Festival

Vous pouvez retrouver des plans inédits et d’autres explications du court-métrage dans le making of ci-dessus

anecdote et autres

Nous avons failli nous prendre une amende pour le plan au drone à la fin du court-métrage, car le lieu de tournage se trouvait à côté d’un aéroport.

Les plans sont dans l’ordre dans lesquels nous les avons tournés et nous avons attendu le lendemain pour tourner les plans de fin.

La photo dans le cadre est un photomontage réalisé par Elisa

J’ai toujours le cadre du court-métrage et il est exposé chez moi avec d’autres vraies photos.